Décembre 2010 a vu naître au sein la maison Hermès, « Petit h »,

une nouvelle entité modeste, créative et dotée d'un fort capital sympathie.

Clin d'oeil au H majuscule d'Hermès, « Petit h » est venu de la volonté

de limiter le gaspillage.

 

Toutes les activités du luxe produisent des rebuts mais  Hermès est la première

à les considérer comme suffisamment précieux pour mériter qu'on y réfléchisse

à deux fois avant de les mettre à la poubelle.

Une chute de cuir tombe de la table de coupe du maroquinier,

elle sera utilisée pour la fabrication d'un sac,

une bulle d'air dans le pied d'un vase en cristal

ou une minuscule tache dans un carré de soie et les voilà aptes

à entamer une seconde vie de luminaires.

Avec cette nouvelle philosophie de l'économie,  des chercheurs de trésors 

vont pister la matière à récupérer  porcelaine, cuir, crin, qui  n'en restent

pas moins des matières belles et précieuses.

C'est Pascale Mussard,

membre de la sixième génération de la famille Hermès,

surnommée depuis l'enfance « On ne jette pas ça pourra toujours servir »

qui a inspiré cette nouvelle démarche  entre héritage et inspiration,

c'est elle qui veille à perpétuer ce qui fait  l'alchimie d'Hermès :

créativité, magie de la main et capacité à surprendre.

Véritable catalyseur de talents, elle  propose des collaborations à des artistes 

choisis pour leur sensibilité et leur style créatif complémentaires.

Elle leur offre  un espace de création libre ainsi que la possibilité d'un dialogue

avec les  artisans confirmés, maroquiniers, orfèvres, couturières  spécialistes

de la porcelaine ou du cristal pour une fois réunis en un même lieu

afin de réaliser  au mieux les pièces imaginées par les artistes.

 Pour plus d'info cliquez ici.