Née le 17 novembre 1913 à Paris

décédée le 23 juin 2011 à l'âge de 97 ans à Sézanne près d'Epernay.

Mme Christiane Desroches Noblecourt  était une archéologue française 

la première femme égyptologue et grande spécialiste en égyptologie.

 

La ville du Mans lui a rendu hommage

en donnant son nom à l'une de ses rues en octobre 2011, 

la ville de Paris a débaptisé Le jardin de la place Rodin dans le 16e arrondissement

pour l'appeler le jardin Christiane-Desroches-Noblecourt en mai 2016.

.  

Elle a permis de sauver des monuments classés au patrimoine de l’humanité,

car ils font partie de l’héritage de toutes les nations. 

Philæ, Kalabcha, Ouadi-es-Seboua, Dakké, Derr,

les temples d'Abou Simbel, Le temple d'Amon

et d'autres sites ont été déplacés et sauvés grâce à elle.

 

Extrait de l'article sur Wikimonde :

Christiane Desroches Noblecourt demande une entrevue

avec le général de Gaulle, qui ignore l’engagement qu’a pris l’égyptologue au nom de son pays.

Lorsqu’il l’apprend, il se raidit : 

« Comment avez-vous pu, madame, engager la France ainsi,

sans en référer à qui de droit ? ».

Décontenancée, le conservateur ne trouve son salut que dans l’attaque : 

« Mais, Général, dans mon humble domaine, je n'ai fait que m'inspirer de votre action.

N'avez-vous pas, un jour, fait cette déclaration sublime

dont nos cœurs gardent encore l'écho :

« La France a perdu une bataille, elle n'a pas perdu la guerre » 

Aviez-vous pris, à cette époque, le temps de consulter le gouvernement ? ».

Dans un sourire le général passa outre, sachant par ailleurs

que les fonds nécessaires étaient réunis

grâce à de nombreux appuis. Ainsi, le temple d’Amada sera sauvé par la France,

comme le conservateur du département égyptien du Louvre s’y était engagée.

 

Christiane Desroches Noblecourt

 

 

 Elle n'est ni décédée ni enterrée à Epernay, une erreur s'est glissé dans l'article !