Actuellement étudiante, avec quatres personnes du grand-est

nous travaillons sur un mémoire et devons mener un projet 

de fin d'étude, ce qui n'est pas toujours évident.

Pour des raisons diverses, plusieurs personnes du groupe

veulent réduire leur recherche, travail, rédaction, le projet en lui même.

A la fin du compte le projet initial n'est plus reconnu,

il ne peut aboutir car trop d'étapes ont été enlevées, raccourcies

et il est trop tard pour revenir en arrière.

Cela m'a fait pensé à un texte sur la symphonie inachevée de Schubert :

Symphony Shubert

Voici une histoire fictive sur la productivité dans l'entreprise.

 

Un membre du Directoire d'une grande entreprise avait reçu des billets

de concert pour la symphonie inachevée de Schubert.

Ne pouvant se rendre lui-même au concert, il offrit les billets à son expert

en études du temps de travail et de planification du personnel.

 

Le lendemain, il demanda à son collaborateur si le concert lui avait plu.

Au lieu de lui faire une critique globale, l'expert lui présenta

un mémorandum dans lequel il était dit ceci :

 

  a) Durant un temps considérable, les quatre joueurs de hautbois

n'ont rien eu à faire. il faudrait donc réduire leur participation ou répartir

leur travail sur l'ensemble de l'orchestre. 

 

  b) Les douze violonistes jouaient tous les mêmes notes en même temps,

Il faudrait réduire leur nombre dans des proportions importantes.

Si un important volume sonore est vraiment nécessaire, on pourrait obtenir

le même effet avec des amplificateurs électroniques.

 

  c) Jouer des triples croches exige également un travail considérable.

C'est un raffinement inutile. il conviendrait donc d'arrondir toutes les notes

vers le haut ou vers le bas. L'application de cette proposition permettrait

de faire appel à des musiciens moins qualifiés.

 

  d) Il est inutile que les cors répètent exactement les mêmes passages

déjà joués par les instruments à cordes.

 

Si tous les passages superflus étaient supprimés, le concert

pourrait être réduit de 25 à 40 minutes. 

 

Si Shubert avait pris garde à ces éléments,

il aurait été en mesure d'achever sa symphonie.

 

Extrait du Frankfurt Allgemeine Zeitung (« Journal Général de Francfort »)

du 16 novembre 1981.

 

Rapporté par un membre du Directoire de Hertie M. Hans-Ludwig Gruschow

lors d'un exposé au congrès technique de 'Lebensmittelzeitung" à Berlin.

Gruschow illustrait ainsi les dangers de la planification de personnel.

 

Schubert Symphony No.8